HET et préjugés

De U-Sphere
Aller à : navigation, rechercher

"Pour" l'hypothèse HET ?

"Restez Calme Dr Condon ! Dites-leur simplement que vous ne croyez pas en eux !" L'université du Colorado avait été choisie au cours des années 70 pour l'élaboration d'un rapport officiel sur le phénomène OVNI. Le fameux rapport Condon, qui porte du reste le même nom que la personne désignée afin de réduire le phénomène à sa plus petite portion congrue.

Nous pouvons supposer qu'étudier les OVNI sans sous-tendre l'hypothèse ET c'est retirer :

  • l'une des motivations à la recherche et, dans une moindre mesure,
  • la conviction que beaucoup de personnes ont acquise en ce qui concerne ce phénomène.

Bref, c'est enlever « de son sel à l'étude ». Je reconnais que peut-être pour moi-même c'est une démarche motivante que de "prêcher" en faveur de l'existence d'ET : elle crée une attente similaire à celle de la venue d'un "messie" qui pourrait venir régler tous nos maux sur terre [sic].

Incidemment, cette croyance, (même si de temps en temps nous en avons conscience), génère une "posture intellectuelle", un conditionnement. C'est-à-dire, un biais dans nos inductions et nos analyses qui vont progressivement constituer la réalité de notre monde intérieur. L'hypothèse ET est alors d'emblée sous-tendue, et qui rend le débat pragmatique de plus en plus difficile à gérer avec le « monde extérieur ».

Par exemple, les textes ummites s'ils sont analysés uniquement sur un plan technique peuvent donner des résultats tout à fait crédibles mais ils ne décriraient pas pour autant la réalité dont ils sont issus.

Si l'on oublie de travailler sur l'éthique (le contexte) des communications liée aux échanges, (quelles sont les motivations potentielles liées à la présence de ces informations, quelle est la méthodologie employée), il y a un risque : celui de décrire (à l'infini) un monde purement fictif dans un cadre logique pourtant parfaitement cohérent en lui-même : cela pourrait s'envisager dans l'hypothèse d'un canular bien conçu, ou dans le cas d'opérations de « manipulation » bien orchestrées (en bien comme en mal) dans lesquelles les individus ne pourraient pas sortir d'un périmètre d'étude restreint ; ne pouvant jamais se placer au niveau de « l'intention » de leurs manipulateurs.

  • Pour vous donner une image: imaginez que vous receviez des bribes d'information exotiques; l'ensemble décrivant un monde très cohérent avec des informations qualitativement exceptionnelles. Qui plus est, ces informations sont associées à des manifestations d'OVNI. Vous vérifiez la crédibilité de certaines informations, vous créez une corrélation [informations exo - ET] et vous concluez à l'existence d'ET dont la description est donnée par ces informations.
    Or une telle corrélation n'implique pas forcément une telle cause.
    La réalité pourrait être en effet bien différente et ici n'être qu'un scénario de jeu de rôle manufacturé par des ET, se déroulant en 2450 (temps relatif). Entre autres possibilités...

"Contre" l'hypothèse HET ?

Bien évidemment, le raisonnement est valable dans l'autre sens. Réfuter de façon dogmatique "au nom" d'une forme de pensée scientifique établie n'a guère de valeur si cela ne s'appuie pas de façon effective sur l'étude d'une quantité d'information substantielle (ou tout du moins sans avoir mis en place un certain nombre de protocoles de collecte). La position actuelle scientifique est assez bien résumée dans un article de Pour la Science d'il y a quelques années intitulé: "Où sont-ils?".

Face à un phénomène inconnu, comme les OVNI, l'homme bascule rapidement d'une position de doute vers des croyances, que cela soit adossée à un cadre logique scientifique ou pas. La position d'équilibre est mentalement moins confortable.

Comment connaître la "vérité" ?

Ce qui rend tout le monde mal à l'aise c'est de devoir étudier de l'information floue, indécidable. En ce, le raisonnement logique humain est plus binaire (manichéen) que tétravalent, alors que ce dernier pourrait laisser la place à des formes moins tranchées d'information (l'indeterminé et le contradictoire).

Il faut considérer que toute information acquise est intégré dans un réseau de connaissance ouvert en liaison avec différents contextes d'interprétation. Dans ce cas, approcher la vérité ne peut se faire que si l'on s'intéresse au contexte de la production des informations, ou à des « exo-variables » liées aux logiques d'échange. Par exemple, les points d'interaction entre les individus ciblés et ceux qui sont à la source de la communication, ou bien dans les méthodes employées pour créer le message.

Je ne fais pas une critique envers les gens qui cherchent, bien au contraire ! La plupart d'entre nous avons une démarche honnête, volontaire et sincère, sans laquelle probablement on ne parlerait pas du phénomène OVNI. Cela en soit est remarquable.

Il est également parfaitement juste de chercher, avant toute chose, à valider la logique interne de certaines idées ou propositions. C'est une démarche naturelle qui, de plus, peut nécessiter gros travail.

Simplement, ce que je souhaite souligner, c'est qu'il faut bien en percevoir les limites : nous devons en permanence revenir sur nos « préconceptions » de la réalité, et ce dès lors que nous souhaitons avancer dans un domaine qui touche aux limites du rationnel. Lorsque, tout en restant sur le plan des hypothèses, nous nous engageons dans une voie trop spécifique qui plus est trop longuement, il y a un danger: celui de perdre son sens critique, les préjugés prenant alors le dessus.

Référence